BURGAINTZI

 

Bienvenue sur le site du groupe de danse BURGAINTZI

En 1987, la première cavalcade est présentée au public : il s'agit d'une fête qui se déroule pendant la période du Carnaval en février. Tous les participants portent les costumes typiques de la Basse-Navarre, rappelant ainsi l'histoire de notre province. Ces cavalcades s’inspirent des mascarades (défilés de rue, déguisés) dont le but était la quête de victuailles servies pour le repas festif du soir. Après la messe du matin et le repas du midi, cette journée permet aux danseurs, jeunes et anciens, de présenter les sauts basques.

 

En Basse-Navarre, le carnaval est assez particulier puisqu'il prend la forme d'une cavalcade. Toutefois il est courant de voir des cavalcades en dehors de la période de carnaval.
Les exécutants sont nombreux, souvent une cinquantaine, leur fonction et leur costume sont très variés

Zaldikoak : cavaliers aux vêtements richement brodés montes sur des chevaux parés comme pour une revue.
Ces personnages avaient pour coutume d'aller quêter dans les maisons les plus éloignées, certains portant même une longue perche à laquelle était fixée une bourse pour quêter aux fenêtres des étages. 

  • Makilari ou tambour-major : tout en dansant, il fait tournoyer autour de son corps un long bâton empesé, avec beaucoup de dextérité ; son costume rappelle celui de certains militaires.
    Cette coutume est malgré tout ancienne et est à relier avec l'importance des danses de bâtons et du makila, véritable symbole armé du chef de maison.
  • Zapurrak (sapeurs) : copies quasi conformes des sapeurs du génie napoléoniens, avec leurs chapeaux a poils garnis de miroirs, ils sont barbus, portent sur l'épaule une hache, et vont toujours en nombre pair. Ne sont-ils pas la représentation folklorisée et réhabillée des anciens bûcherons ou des milices villageoises d'antan ? 
  • Gorriak (les rouges) : ils doivent leur nom à la couleur rouge prédominante dans leur costume et sont armés d'un sabre. Ils étaient chargés de la quête basse.
  • Banderariak (porte-drapeaux) : généralement par paires, vêtus comme les gorriak, ils portent chacun un drapeau différent suivant les villages : le drapeau français, l'ikurrina basque ou le drapeau de la province ou de la vallée. 
  • Basa Andereak : dames sauvages, vêtues de volants et de tissus multicolores, elles représentent à elles seules la jonction avec la mythologie basque dont l'homme sauvage (Basa Jaun) et Mari sont les principales divinités.
  • Bolantak ou les volants : dans certains villages et villes, notamment à Saint-Jean-Pied-de-Port, ils ont conservé la somptueuse tiare qui semblait les caractériser. Dans d'autres villages, elle est remplacée par un béret rouge richement décoré. Le nombre des bolantak est variable. 
  • Zigantiak : géants ou poupées géantes en nombre pair, eux aussi, sont portés sur les épaules d'un danseur caché par un drap blanc retombant tout autour du géant. Cela n'est pas sans évoquer quelques figures mythologiques...
  • Anderea eta Jauna : la Dame et le Monsieur, habillés comme les notables, marchent durant tout le défilé en saluant souvent le public. C'est un couple semblable à ceux que l'on trouve dans la mascarade souletine.