BURGAINTZI

 

Bienvenue sur le site du groupe de danse BURGAINTZI

Chaque année, l'abbé IRIGOIEN organisait une tournée dans différentes régions de France : la Corse, l'Alsace,… Puis le groupe est allé au Portugal en 1985, aux Etats-Unis en 1989 et en Bretagne en 1995. En 1997, il a participé au festival international de la "arris mitad del mundo" à Quito, en Equateur. Il se produit aussi en Pays Basque Sud lors d'échanges amicaux ou pour des festivals. Au fil des années, le groupe s'est agrandi et il dénombre actuellement plus de 200 membres actifs venant de Saint Palais et des villages voisins.

Il est aujourd'hui présidé par Marie-Jo ONDARTS et Marie-Annick DUFAU.

Burgaintzi essaie d’organiser régulièrement des voyages à l’étranger afin d’amener ses plus jeunes membres à rencontrer d’autres cultures. Ils ont notamment participé au festival international de Quito en Equateur en 1997.

A l’origine, le projet devait également prendre la forme d’une participation à un festival à l’étranger. Or Burgaintzi a établi des liens avec l’Alliance Française d’Arequipa par le biais de son directeur, M. MENDIVE, originaire d’une des communes couvertes par les activités du groupe. Il leur a offert l’opportunité de profiter de ses réseaux au Pérou pour y organiser un voyage.  Par la suite des contacts avec la Casa Campesina de Cuzco ont été établis. Cette association s’est proposée d’intégrer le groupe à la vie péruvienne de leur région et de le présenter à des communautés villageoises andines.

Le 10 août, 46 jeunes (35 danseurs, 10 musiciens) de 15 à 22 ans, encadrés par 4 responsables, se sont envolés pour le Pérou pour deux semaines.
Ils ont participé au Festidanza d'Arequipa qui a eu lieu du 12 au 17 août. puis le groupe a repris la route à la rencontre des populations locales avec trois objectifs :
- l’échange artistique avec les populations locales, avec des représentations et des initiations à la musique et à la danse,

- l’échange culturel et pédagogique, avec la constitution de groupes de travail qui échangeront avec les jeunes péruviens à la fois sur la vie quotidienne d’un jeune français vivant en milieu rural, et sur le système éducatif français.
- l’échange humanitaire, avec le don de livres et fournitures scolaires fournis par les établissements français.

La rencontre autour du folklore n’est plus le but unique du voyage, mais le prétexte pour un échange culturel et pédagogique plus global.